Martin Luther. caractère . Frédéric le Sage | PBS

 Frédéric le Sage

Frédéric le Sage

Frédéric le Sage
« Le temps, peut-être, montrera si j’ai été un bon devin » (Frédéric le Sage, 1517)
On se souvient de Frédéric le Sage comme de l’homme qui a sauvé Martin Luther de la fureur de l’Église catholique.
Frédéric est né au château de Hartenfels, Torgau en 1463, le premier fils de l’électeur Ernst de la Maison de Wettin. En 1486, il succède à son père, avec son frère cadet Jean, comme souverain de la Saxe Ernestine.
Il était un homme de conciliation pacifique et a gardé son territoire hors de toute guerre pendant son règne.
En 1502, il fonde l’Université de Wittenberg où Martin Luther enseigne. Du vivant de Luther, Wittenberg était le foyer et le centre intellectuel du mouvement de réforme dont le souverain était un protecteur fiable, bien qu’actif uniquement en arrière-plan.
À une période cruciale pour les débuts de la Réforme, Frédéric protège Luther du Pape et de l’empereur, et le met en détention au château de la Wartburg après la Diète de Worms (1521), qui place Luther sous l’interdiction impériale. Son répertoire de tactiques de blocage diplomatique a résisté à leur épreuve; les adversaires n’ont jamais trouvé de point faible. Il considérait Luther comme injustement persécuté parce que Luther ne pouvait être reconnu coupable d’aucun crime réel.
Frédéric, cependant, a peu de contacts personnels avec Luther et reste catholique, bien qu’il s’incline progressivement vers les doctrines de la Réforme.
Frédéric, comme à son habitude, se forma sa propre opinion après un examen exact de la situation par ses conseillers et en écoutant l’opinion d’un expert reconnu, dans le cas de Luther, Erasmus von Rotterdam.
Frédéric mourut dans son pavillon de chasse de Lochau en 1525.
Haut de page

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.